RETOUR PRESSE

 

LIBÉRATION

MARDI 25 DECEMBRE 1984
Laurent Gally
 
Des jouets sous appellation artistique contrôlée

Le groupe Dix 10 (ils sont deux) détourne les jouets de leur circuit bêtement
mercantile. Ça reste ludique, rassurez‑vous !

Il se fait appeler J.J. Dow Jones, car “c’est le syndrome de notre époque”. Elle a choisi “Roma Napoli”, puisqu’elle est d’origine “ritale”. A eux deux, ils forment un groupe, le “Dix 10”. Depuis janvier 83, et même s’ils ont perdu en route un troisième compère, ils n’arrêtent pas de subvertir le marché de l’art, le détachant de toute subjectivité pour replonger l’objet sous le règne de sa valeur marchande : quand ils peignent un brin de muguet, ils le vendent dans la rue, au même prix que celui du 1er mai.

Alors, Noël, et le temps des cadeaux inutiles, c’est du pain béni. Dix 10 s’attaque pendant les fêtes au marché des Jouets, et propose un “paradis des jouets” qui mime avec allégresse son grand frère des hyper marchés, une fois revu par la figuration libre. Armes, poupées, animaux en peluche, automates, véhicules lunaires et gadgets de science-fiction s’étalent ainsi entre 60 et 1800 francs, sur les rayons de la galerie : à ce prix, l’art n’est plus un spectacle, un marché pour initiés, et le temps d’un gag. Les grandes personnes peuvent sublimer leurs désirs d’enfants.

Pas question pour autant de systématiser un quelconque “art sociologique” : DIX 10 peint tantôt sur carton, lino ou plexiglas; cela dépend des opportunités de récupération, tantôt sur toile de transat, façon industrielle, et il s’attaque avec méthode à tous les mythes quotidiens ; le “supermarché de l’art” rassemblait les fruits et légumes les plus ordinaires ou les conserves entreposées par les ménagère, Berlin a récemment accueilli un “sex-shop” aux sujets désopilants et fantasmatiques, Rome connaîtra bientôt les fresques effaçables inspirées de Fellini‑Roma, Venise a reçu les mèches de cheveux d’un Léonard de Vinci transfiguré.

Critique, Dix 10 ? Sûrement ! Il peint de la céramique à Saint‑Paul de Vence et des fleurs à Nice. Mais ces artistes ne veulent pas d’une œuvre au rabais. Ils repeignent la Joconde et la proposent à quelque 3 milliards de francs… avant d’éditer ‑ pour s’en souvenir ‑ des cartes postales drôles et criardes. Bien peintes, les œuvres de Dix 10 ? Pas toujours, mais une œuvre accessible à tous est comme un courant d’air frais dans un milieu qui ne sait guère oublier son sérieux.

Galerie Lara Vincy, 47 rue de Seine, Paris 6ème. Tél. 3216 72 51, jusqu’au 31 décembre