RETOUR PRESSE
 

KANAL 1987

Dominique Paul COLONNA
 
DIX 10 MUSEUM
Le premier Musée de la Bastille

Si Andy Warhol avait en son temps fondé sa « Factory » à New York, Roma Napoli et JJ. Dow Jones du groupe DIX 10 ont établi dans le quartier de la Bastille leur « DIX 10 Muséum ».

Lors de la disparition de la star immortelle du « pop art », la critique et la commentateurs ont principalement souligné le fait qu’il se disait une machine. Les DIX 10 posent la question suivante : « Mais qui était l’ouvrier ? », et ils répondent aussitôt « Dieu ».

Roma et J.J. ne sont pas des machines (dieu est mort, que les anges le gardent). Ils gèrent en véritable « bons » leur délire artistique qui s’avère être leur délire tout court. Dernier moment en date, la création du DIX 10 muséum, à Paris, dans le 11éme. L’inauguration qui a eu lieu le 11 avril 87 (cf. Kanal n 30) montrait une exposition des œuvres permanentes du musée. Au mois de mai, toutes les œuvres avaient trouvé place dans des cartons et étaient stockées dans un coin du musée. Plus rien à voir, seulement de grands cartons d’emballage avec des pièces de chaque exposition dans chacun d’eux. À entendre Roma, un musée « est juste un endroit de stockage où une administration gère, commente et justifie l’état de son stock »… Alors les DIX 10 apposent sur les cartons de stockage la liste des œuvres qu’ils contiennent la bibliographie spécifique se rapportant à l’exposition, une photo de l’installation de l’exposition dans la galerie et des grandes étiquettes frappées du sceau DIX 10 muséum.

Comme tous Ici grands musées, le Dix 10 muséum présentera des expositions temporaires sous forme d’hommage aux artistes qui ont brillé au firmament de la gloire artistique. Coup d’envoi avec Joseph Beuys le 9 octobre. Le DIX 10 muséum installe face à l’entrée principale de la FIAC un point publicitaire où sont alignés dix‑sept vélos blancs sur un parterre de pétales de roses. On peut louer les vélos et tout en flânant se rendre au Dix 10 muséum où une exposition intitulée “Hommage à Joseph Beuys” propose une pièce qui est une reconstitution imaginée d’une structure de J. Beuys montrée lors de l’exposition « Quartetto » que A. Bonito Oliva proposait, en off à la Biennale de Venise en 94. A côté de cela, des photos de J. Beuys lors de diverses interventions de son travail « Difesa della natura », des publications lui étant consacrées. divers catalogues et comptes rendus d’expositions.

Les DIX10, comme à leur habitude, innovent quant au mode de fonctionnement d’un musée. D’abord, comme nous l’avons vu, un stock d’œuvres mises en conditionnement de transport et la documentation Le justifiant puis, avec les expositions temporaires, le DIX 10 muséum propose des « hommages » sans présenter aucune œuvre originale de l’artiste. Proprement visionnaire.

Ce n’est pas tout : après avoir exposé et vendu à la boutique du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris des œuvres réalisées lors de
l’exposition « souvenirs de Paris » à la galerie Lara Vincy en septembre 1985 qui représentaient des « Pont‑Neuf emballé par Chrito », des T‑shirts (que l’on a pu voir dans ELLE) diffusés par la boutique du musée du centre Georges Pompidou, Roma et J.‑J. ouvrent au DIX 10 muséum leur propre boutique. On y trouve aussi bien des T‑shirts spécialement  « fashioned » pour Le musée, des sites à dos de ville, des badges, des briquets, des caleçons, etc., que des œuvres d’art originales. Oui, vous avez bien lu, la boutique du muséum vend des œuvres originales. Elle diffuse aussi la bibliographie du groupe DIX 10, des parutions sur le travail des artistes, des cartes postales d’œuvres ou d’installations et une foule de dépliants d’informations.

Rendez‑vous dans le prochain Kanal pour la suite du feuilleton.

Dix 10 Muséum
17. passage Saint‑Bernard. 75011 Paris